Book Box #18

C'est la vie


Je veux cette Box !

Le thème du mois
« C’est la vie »

« C’est la vie », soupire-t-on parfois lorsque une tuile nous tombe sur la tête, en haussant les épaules de façon fataliste. Mais nous, à My Book Box, on aime bien prendre cette expression au pied de la lettre – et de façon optimiste : « c’est la vie », c’est aussi des millions de fragments de vie successifs, des bonheurs, des tranches de vie, des larmes, des fous rire, des colères, des espoirs, des désillusions…bref…la vie. Qu’est-ce qui, au bout du compte, construit une existence ? C’est à cette question (quasi philosophique, mais n’ayez pas peur) que tentent de répondre, chacun à leur manière, les trois romans de ce mois-ci.

Olive Kitteridge, d’Elizabeth Strout, est une merveille, et le jury du prix Pulitzer ne s’y est pas trompé en lui décernant son prix en 2009. Le roman, dentelle délicate et subtilement construite, se déroule à Crosby, petit port paisible du Maine, et s’étale sur une période de trente ans. Dans chacun des chapitres, qui pourrait presque constituer une nouvelle, apparaît Olive Kitteridge, personnage principal ou bien secondaire – ou même simple ombre passant de façon fugitive. La vie passe, les enfants grandissent, les époux meurent, les jeunes gens quittent le village, y reviennent, construisent et déconstruisent leur vie, et Olive Kitteridge vieillit. Le talent d’Elisabeth Strout est saisissant : une merveille, on vous l’avait dit.

Dans Effets secondaires probables, Augusten Burroughs nous offre 26 instantanés de sa vie, tous plus loufoques, absurdes, grinçants les uns que les autres, sans tabou ni la moindre complaisance avec lui-même. Se montrant tour à tour angoissé, hypocondriaque, ridicule voire pathétique, ce Woody Allen du roman répète inlassablement mais avec brio le vieux tour du comique cachant ses angoisses et sa détresse derrière des caisses de rire. Il fait de l’autodérision son trait stylistique le plus évident, dans un art et un sens de la formule uniques. Les effets secondaires sur ses lecteurs ? Le rire, tout simplement.

            Avec Alma Whittaker, héroïne de L’empreinte de toute chose d’Elizabeth Gilbert, l’expression « c’est la vie » prend les accents romanesques de la liberté, de la connaissance et de l’appel du grand large. Contaminée par la passion de la botanique par son père, cette Américaine de Philadelphie, née avec le XIXème siècle, héritière du souffle du siècle des Lumières, avide de savoir et de découvertes, passera sa vie à tout explorer : la science, le monde, elle-même. Ce destin hors pair nous conduit des Andes aux Etats-Unis, de Londres à Tahiti. Un régal.

Auteurs in the box

icon box image

Elizabeth Strout

Née en 1956 à Portland dans le Maine, Elizabeth Strout fait des études de droit avant de publier son premier texte dans le magazine New Letters.

Elle déménage à New York, et continue à publier dans différents magazines littéraires. Après sept ans de travail, elle publie son premier roman, Amy and Isabelle, en 1998.

Olive Kitteridge est adaptée par Lisa Cholodenko en 2014, avec la magnifique Frances Mc Dormand.

icon box image

Augusten Burroughs

Fils de la poétesse Margaret Robison et du professeur de philosophie John G. Robison, il naît en 1965 à Pittsburgh.

À 13 ans, après le divorce de ses parents, il part vivre chez le psychiatre de sa mère. Déscolarisé, il passe ses diplômes par correspondance.

Il commence des études de médecine, devient serveur, publicitaire puis écrivain. Son roman Courir avec des ciseaux est adapté au cinéma en 2006 par Ryan Murphy.

icon box image

Elizabeth Gilbert

Née en 1969, cette romancière, essayiste et biographe américaine est essentiellement connue pour son livre Mange, Prie, Aime (2006), récit de son voyage initiatique en Italie, en Inde et à Bali, vendu à plus de dix millions d’exemplaires et adapté en 2010 au cinéma par…Ryan Murphy (promis, on ne l’a pas fait exprès !) avec Julia Roberts dans le rôle titre.

Nous sommes donc heureux de vous faire découvrir un autre de ses livres !

000