Book Box #1

Portraits de femmes


Je veux cette Box !

Le thème du mois
« Portraits de femmes »

« La femme est l’avenir de l’homme », disait Aragon.

Chez My Book Box, nous disons « chiche ». Et en découvrant les trois romans choisis, vous n’aurez forcément qu’une envie : revenir le mois prochain.

Si l’on a voulu mettre les femmes à l’honneur, c’est que pendant trop longtemps, elles ont joué les figurantes dans la littérature.
Et d’ailleurs, sans le faire (tout à fait) exprès, c’est un double hommage qu’on leur rend ici : si tous les romans sélectionnés tournent autour de personnages féminins, c’est aussi à des auteurEs avec un grand E qu’on les doit. Mais rassurez-vous : côté lecteurs, hommes et femmes seront comblés.

Et comme plus on est de folles plus on rit, c’est avec un portrait de groupe que commence cette sélection : dans un immeuble norvégien des années 60 dans lequel on pénètre à la façon d’une maison de poupées, Anne B. Radge, dans Je ferai de toi un homme heureux, roman virevoltant écrit en 2013, nous fait pénétrer dans l’intimité de 8 foyers pour nous tendre le miroir sociologique de ces années-là, quand les femmes cachent leur libération pas encore vraiment gagnée et leur solitude inavouée derrière les fumées de cigarette et les appareils ménagers dernier cri.

La solitude, La femme de Gilles ne la connaît que trop bien : dans ce chef d’oeuvre paradoxalement lumineux et injustement méconnu, publié en 1937 et pourtant intemporel, Madeleine Bourdouxhe nous livre le portrait de cette héroïne à part, ne vivant que pour son mari et confrontée à l’infidélité de ce dernier. On ne peut qu’être emportés et bouleversés par cette histoire ciselée et brute à la fois, car derrière le roman d’amour se cache une véritable œuvre engagée, profondément humaniste et féministe, louée par Simone de Beauvoir dans Le deuxième sexe.

Pour finir, une histoire vraie. Ou plutôt une fiction. Ou plutôt une enquête. Si l’on hésite, c’est que Lola Lafon joue brillamment avec le genre de la biographie : dans La Petite Communiste qui ne souriait jamais, roman de 2014 à l’écriture aussi tourbillonnante que les exploits de la petite sportive, elle nous retrace le parcours de Nadia Comaneci, gymnaste surdouée et légende vivante, dressant au passage un portrait de la Roumanie communiste, mais aussi, dans une mise en abyme intelligente et passionnante, son propre portrait en tant qu’écrivain, le tout agrémenté d’une réflexion sur la société occidentale contemporaine. Plusieurs livres réussis en un seul : que demande le peuple ?

On vous l’avait bien dit : on vous retrouve le mois prochain.

Auteurs in the box

icon box image

Anne B. Radge

Cette écrivaine norvégienne, née en 1957,
a la plume alerte et un sens du récit indéniable.
Auteure de plus de 40 ouvrages, elle s’est tout aussi bien illustrée dans la littérature jeunesse que dans l’écriture de comédies, de thrillers ou de romans policiers.

Son plus grand succès ?
Une trilogie (La Terre des mensonges, La Ferme des Neshov et L’Héritage impossible)
relatant la saga d’une famille norvégienne.

icon box image

Madeleine Bourdhouxe

(1906-1996)
Cette écrivaine belge, résolument moderne et féministe, admirée par Jean Paulhan et Simone de Beauvoir, tomba pourtant injustement dans l’oubli.
On ne peut que vous conseiller chaudement la lecture de ses Sept nouvelles,
joli écho à La femme de Gilles, subtile réflexion sur la place de la femme face à l’homme et à la société. Emmanuelle Devos fut La femme de Gilles au cinéma en 2004.

icon box image

Lola Lafon

née en 1975, cette jeune auteure grandit à Sofia, Bucarest et Paris.
À la fois danseuse, écrivaine, chanteuse et compositrice, ses romans (Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce, Une fièvre impossible à négocier, De ça je me console)
font part d’un engagement politique dans les mouvements libertaires et féministes.
Avec La petite communiste qui ne souriait jamais, la biographie traditionnelle prend un sacré coup de jeune.